Henri Atlan et Lucian Freud

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page

13/09/2010

Henri Atlan et la dématérialisation

Je suis entrain de lire le dernier livre d’Henri Atlan …

»De la Fraude » sous titré:  » le monde de l’onaa » Question oh combien actuelle qu’Henri Atlan traite de façon inactuelle.

Il y est question du mensonge, des lésions et dommages que cause la fraude, que ce soit le mensonge en paroles ou la fraude matérielle. Dans les textes talmudiques il y a un espace prévu pour un entre deux tolérable du mensonge qui s’appelle l’onaa. Espace de négociation des frontières entre vérité et mensonge, entre honnêteté et fraude.

Décidément j’aime beaucoup la pensée de cet homme. Dans ce livre il traite de l’équivalence entre la parole, l’argent et les objets fabriqués. Tous les trois sont des signes de l’échange humain, spécifiquement humain.

Puis il parle du moment de bascule qu’a été la dématérialisation de l’argent. Voilà ce qui est très actuel .

La crise, ça vous intéresse ? Ou est-ce que vous pensez que c’est réservé aux spéculateurs et…aux pauvres. Au fait, pourquoi la psychanalyse ne traite jamais de la question des pauvres ?

L’étranger a toutes nos faveurs, on s’y retrouve n’est-ce pas ? Mais les pauvres…ça fait moins rêver et moins spéculer. Excusez le vilain jeu de mots.

Atlan parle donc du moment où l’argent a été dématérialisé.

Ca ne date pas d’hier , mais Atlan fait partir certains fils de ce moment, et c’est très intéressant. L’argent a été d’abord un objet concret de matière précieuse, objet sacré , signe d’un pouvoir et non de la richesse monétaire. Puis…l’argent a été dématérialisé.

Cela m’a fait penser à la question de l’inévitable dématérialisation qui guette le psychanalyste.

Dématérialisation en tant que dés-incarnation. Il faut écouter ce qui se fait hors de nos frontières. Et ce qui se fait , se fera de plus en plus.

On fait des séances par téléphone, par e-mails,  par SMS, et avatar d’une vraie analyse, par skype.

On peut dire pourquoi pas…exceptionnellement, lors d’une absence mal venue, d’un voyage. C’est un pas que beaucoup d’analystes ont franchi, et d’autres pas.

Mais il existe des analyses faites  entièrement de cette façon, hors corps, dématérialisée , de présence virutelles.

Je ne sais pas si cela se pratique déjà en France, bien qu’il y ait des sites de rencontres analystes-analysants, mais c’est une pratique courante aujourd’hui dans des contrées plus vastes, telle que la Chine , l’Inde et les Etats Unis. Or cela nous regarde. Cela me regarde. Je ne veux m’insurger contre rien. Simplement y réfléchir.

Que signifie l’absence des corps réels ? Ou l’absence de la présence réelle.

Des jeunes analystes chinois m’ont raconté  que des analyses se font entièrement par Internet, sans avoir jamais rencontré l’analyste en chair et en os. L’un m’a raconté qu’il faisait son analyse par skype, donc avec l’image de  l’analyste qui vivait et travaillait aux Etats Unis. Il insistait que cela n’empêchait pas le transfert. Certes que non . Il s’agit d’autre chose, de ce que fait la présence réelle, de l’effet de nos corps réels en présence silencieuse et des effets de leur interaction.

Je suis de plus en plus  convaincue que le plus efficace dans une analyse passe par la présence des corps, la voix et tout un ensemble de signes du réel singulier qui passe de l’un à l’autre.

A partir de là, l’absence prend place, comme une coupure, non comme la base des opérations. La parole même n’est pas réductible aux seuls mots proférés.

La parole, telle que nous l’entendons en analyse est une pure singularité, faite de l’ensemble matière-sens-musique . Ce qui se passe entre analyste et analysant est aussi fait de silence et de vibrations très réelles. Alors quelle différence introduit la dématérialisation des corps, la suppressions des vibrations émises en direct au profit des seuls vibrations de l’ordinateur ??

J’ai été voir, il y a quelques mois,  l’exposition des tableaux de Lucian Freud. Il disait que, si les corps dans ses tableaux étaient peints dans des grands espaces vides, c’était pour mieux faire sentir les vibrations très spécifiques qui émanaient de chaque corps. J’ai aimé cette idée, et je pense que c’est cela que la dématérialisation des rencontres risque de supprimer. Alors on ne comprendra plus rien.

RZ

Laisser un commentaire